Le stress au volant

Stress au volant

Stress au volant

 

La pratique de l’éco-conduite permet de réduire le stress au volant.

Le stress au volant touche toutes les catégories de conducteurs du chauffeur routier à la jeune VRP de 25 ans en passant par le père de famille qui part en vacances.

Lors de la conduite d’un véhicule le stress qui peut être associé à l’endormissement est un important facteur de cause d’accident surtout chez les professionnels de la route tel que les chauffeurs routiers, les représentants de commerces, les cadres et chefs d’entreprises etc. Soumis à la pression professionnelle et aux longs trajets qu’ils effectuent en sillonnant le pays du nord au sud à longueur d’année.

Dans nos sociétés modernes les gens sont de plus en plus stressés, pressés que ce soit au travail ou sur la route. Le stress est présent dans les transports et particulièrement  le stress au volant il se manifeste de différentes manières dans les trajets de tous les jours que ce soit pour aller au travail pour circuler dans les grandes villes en cherchant une place de parking, dans les bouchons bien sur, quand vous avez une mauvaise visibilité (par temps de pluie et de brouillard ). Quand vous partez en vacances et que les enfants chahutent à l’arrière de la voiture.

 

Le stress du à la conduite des autres usagés de la route

Le stress au volant du aux autres usagés de la route, qui, n’a pas « pesté » derrière un automobiliste qui roule à 20km/h qui ne sait pas qu’elle direction prendre.

A ce propos le cas du provinciale à Paris qui se fait klaxonner parce qu’il ne roule pas assez vite mais également le Parisien en vacances qui lui est beaucoup moins stressé qui prend son temps et oublie qu’ils y a des gens qui travaillent. Vous vous reconnaîtrez certainement dans l’un des « acteurs » de ce récit.

 

Quelques conseils pour être moins stressé.

– Avant de prendre la route relaxez vous (vous pouvez par exemple faire du Yoga)

– Relativisez si un automobiliste vous énerve par sa conduite, si par exemple il ne roule pas assez vite. Mettez vous à la place de la personne qui cherche son chemin, si vous focalisez sur son comportement ça va vous gâcher la journée.

– Évitez le plus possible les conversations téléphoniques sur tout professionnel au volant.

Si vous avez un grand trajet à faire.

– Couchez vous plus tôt le soir

– Prenez un bon petit déjeuner

– Faite des pauses régulièrement  toutes les 2 heures minimum avec des exercices de relaxation et d’assouplissement.

– Pour votre alimentation mangez de vrai repas équilibrés et faite de vrai pauses déjeuner .

– Utilisez les systèmes embarqués d’aide à la conduite comme le régulateur de vitesse, le GPS, organisez vos déplacements, pour les professionnels de la route planifiez vos rendez vous sur un secteur donné pour la journée –

– Renseignez-vous sur la météo et les conditions de circulation.

 

Vous pouvez également utiliser d’autres moyens de transport comme le train, l’avion ou le covoiturage.

 

 

Et vous, êtes vous stressé au volant ? Appliquez-vous une technique pour être plus Zen ?

Laissez moi un commentaire en dessous !

 

 

 

11 réflexions au sujet de « Le stress au volant »

  1. Chahid

    Bien sur, il faut bien se reposer pour se relaxer dans la conduite. Pour ma part, j’opte souvent à un style de conduite tranquille et cool mais certains automobilistes n’en estiment pas. La plupart d’entre eux ne savent que pousser à fond la pédale.
    Et je trouve que la conduite reste un mode de vie urbain des plus modernes et civilisé. Il faut plutôt se réjouir en conduisant et donner la priorité surtout aux piétons.

    Répondre
    1. Gilles

      Bonjour Chahid
      Oui conduire tranquillement en faisant des pauses régulièrement et se relaxer.
      Il ne faut pas oublier que les piétons sont prioritaires sur la voie publique chose qui est souvent oubliée par certains automobilistes.
      A bientôt

      Répondre
  2. ThierryN

    On peut rappeler que rouler moins vite diminue les risques d’erreures (ainsi que d’accidents) ; ce qui diminue donc le stress qui en est lié. Pour les chauffeurs très rapides, j’avoue en tant que nouveau conducteur, que quand on me colle de trop près je roule encore moins vite voire même je cale aux démarrages, à cause du sur-stress provoqué.

    J’ai une auto-suggestion positive pour bien conduire : « Maîtrises tes senstiments, indique clairement tes intentions, et reste bienveillant. » Avant de conduire je fais du taichi/yoga (maîtrise de l’énergie), je relis mes notes sur mes difficultés de conduite, et je répète les préceptes bouddhistes (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouddhisme) pour harmoniser l’esprit.

    De plus, comme dit le Transporteur (de la série sur M6) à son ami mécanicien : « Réfléchir en conduisant, peut être dangereux. » C’est pourquoi, j’évite de me concentrer sur autre chose que la route, et je coupe le réseau de mon téléphone portable.

    Répondre
    1. Gilles

      Bonjour Thierry
      Merci de nous faire partager ta devise du parfait conducteur qui résume bien les bonnes attitudes à adopter.
      Mieux vaut rester focalisé sur la conduite de plus en étant jeune conducteur.
      A bientôt

      Répondre
  3. yves

    Pas mal ces conseils ! Je dois surtout ajouter qu’il faut savoir relativiser les choses de la vie. Ne laissons pas les autres et leur comportement nous gâcher la journée !

    Répondre
  4. Vincent (Ciana)

    Salut Gilles,
    Géniale la photo de l’article !

    Cela illustre très bien ce qui se passe au volant.
    Il m’arrive assez souvent de pester au volant, oui je le reconnais ;-).

    Comme d’habitude tu es de bon conseil.

    En tant qu’écoconducteur (un peu extrémiste parfois) certains comportements me font voir rouge. Je pense qu’une majorité des gens ne connaissent pas bien leur voiture et cela peut mener à certains comportements anxiogènes et accidentogènes pour l’ensemble des usagers. Sans parler du non respect des distances de sécurité et du fameux collage de « derrière ».

    Il est aussi difficile de relativiser sur le fait d’être en retard. Adopter une vision à long terme de son parcours routier en se rappelant que rouler vite ne fait pas (dans la majorité des cas) arriver plus tôt, surtout au regard des risques importants pris (le risque d’accident augmente avec la vitesse à laquelle vous roulez, rappelez-vous en).

    Mais bon tout cela est plus facile à dire qu’à faire, et nécessite un travail sur soi (comme quoi l’écoconduite peut amener à une profonde réflexion :-D). Même après bientôt 5 ans d’écoconduite j’ai encore du mal (surtout en ce moment).

    Donc relativiser / anticiper / vision à long terme d’un parcours, voilà ce qu’il faut retenir selon moi, en plus des très bons conseils de Gilles.

    Bonne route à tous et faites attention au volant pendant les fêtes.

    Joyeux Noël et bonne année !!!

    Répondre
    1. Gilles

      Merci Vincent pour ton commentaire.
      Pourquoi ne pas partir cinq minutes plus tôt à son travail.
      Ce qui permettra d’arriver à l’heure sans prendre de risques inutiles sur la route j’en parle car personnellement je pars cinq minutes plus tôt.
      Pas pour des problèmes de retard mais pour pouvoir trouver plus facilement des places de stationnements dans l’entreprise.

      Joyeux Noël également à tous les lecteurs.

      Répondre
  5. Damien

    Le stress accumulé durant la journée impacte forcément les moments de conduite. Quelqu’un qui aura intériorisé durant toute la journée aura tendance à se défouler une fois derrière le volant. Cela peut être dangereux à la fois pour lui et pour les autres conducteurs. d’où l’intérêt de pratiquer l’eco conduite. Merci pour le partage de ces conseils.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *