Recycler son véhicule : comment et pourquoi ?

 

Recycler son véhicule 1

Recycler son véhicule

Quand on souhaite associer écologie et voiture, on pense surtout aux économies du à la conduite, à la pollution générée par le véhicule lorsqu’il roule, etc. En réalité on se focalise surtout sur l’utilisation du véhicule, et ce qu’il engendre pendant sa durée de vie.

Oui mais arrive un moment moins connu de la vie des véhicules : le moment où votre véhicule est inutilisable. En France, ce sont près de 1,5 millions de véhicules qui sont dans ce cas chaque année. Les raisons sont variées. Ce peut être par exemple un accident (sinistre) ayant causé de tels dégâts à votre véhicule que celui-ci est désormais considérée comme une « épave ». Mais ce peut être aussi simplement par sa vétusté : votre voiture est tellement vieille que personne ne vous la reprendra. Le moment est alors venu (plus ou moins difficile selon l’affection que l’on accorde à sa voiture), de la quitter… Et à ce moment-là, il est alors question d’écologie. En effet, votre véhicule est en fin de vie, et c’est donc un Véhicule Hors d’Usage (VHU) dangereux. C’est comme cela que votre véhicule est considéré aux yeux de la loi et aux yeux de l’ADEME (1) (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Et si votre VHU est dangereux, c’est parce qu’il présente des risques pour l’écologie et pour l’environnement. Votre voiture est en effet constituée de différents éléments qui présentent des risques particuliers : l’huile par exemple, mais aussi les systèmes de déclenchement des airbags (hautement toxiques), le liquide de frein, la batterie, certains éléments de peinture qui doivent être traités, les éléments électriques, etc.

Une batterie comporte du plomb par exemple, hautement toxique.

Que faire de son véhicule en fin de vie ?

Il faut absolument emmener son véhicule en fin de vie dans un centre agréé pour recycler son véhicule (ce qui s’appelait autrefois les « casses automobiles »). Bien souvent ce n’est pas vous qui vous en occuperez : s’il s’agit d’un sinistre alors votre véhicule est sans doute chez un garagiste qui effectuera ce dépôt à votre place. Mais il existe des cas où la démarche vous incombe et où il est de votre ressort d’effectuer le recyclage de votre voiture. Cela concerne aussi, d’ailleurs, les cyclomoteurs à trois roues !

Il existe des démolisseurs agréés, ainsi que des broyeurs agréés. Les démolisseurs agréés peuvent prendre en charge votre véhicule (qu’ils transmettent ensuite à un broyeur agréé), mais le broyeur agréé peut aussi le faire directement. La préfecture sera à même de vous fournir une liste des centres agréés proches de chez-vous. En effet, les centres sont agréés par l’Etat. Et cet agrément n’existe que depuis 2006. Il permet de régulier la profession et d’établir des statistiques au niveau national.

La reprise de votre véhicule par un professionnel agréé est alors gratuite. Sauf bien évidemment si le professionnel doit se déplacer jusqu’à votre domicile pour effectuer le remorquage de votre véhicule. Mais si vous le lui emmenez, alors c’est entièrement gratuit.

 

Recycler son véhicule 1

(Un véhicule abandonné est un problème pour l’écologie et l’environnement)


Il n’est donc pas possible de laisser son véhicule dans la nature. Et c’est pourtant une réalité : il y a 4 ans environ 30% des VHU dangereux n’étaient pas emmenés dans un centre agréé. Une partie de ces 30% était même laissé à l’abandon, dans la nature.

Quels sont les avantages d’un centre agréé ?

Il s’agit tout d’abord d’une obligation légale. Vous ne pouvez pas laisser votre véhicule dans un centre non agréé. Vous devez repartir du centre agréé avec un récépissé de prise en charge pour destruction (CERFA N° 12514*01). Vous aurez alors rempli votre devoir de citoyen : vous séparer proprement de votre véhicule. Si vous ne le faites pas, l’amende est assez salée, jusqu’à 75000€.

Sans doute vous demandez-vous quelle est l’utilité, en dehors de la conformité avec la loi, d’un tel dépôt ? Et bien l’utilité est principalement environnementale. En effet c’est d’ailleurs la raison pour laquelle c’est l’ADEME qui s’occupe de ces problématiques.

Un décret de 2011(2) a présenté différents objectifs imposés aux centres agréés.  Pour 2015, en terme de valorisation et de réutilisation, 95% de la masse totale du véhicule est l’objectif à atteindre. En clair presque la totalité de votre véhicule pourra être soit valorisé, soit réutilisé. Si vous outrepassez les centres agréés, il est clair que votre véhicule ne sera pas traité de la même manière.

Il existe aujourd’hui près de 1300 démolisseurs agréés (ce qu’on appelait autrefois les « casses automobiles ») et 50 broyeurs agréés.

Le rôle du démolisseur

Il s’agit de désosser la voiture et d’en trier chacune des pièces pour le dépolluer : traitement des liquides de frein, traitement des huiles, etc.

 

Recycler son véhicule 2

(Le rôle du démolisseur est notamment de trier chaque pièce : retrait de la batterie, etc.)

 

Recycler son véhicule  démo

En parallèle de ce tri et de ce recyclage, le démolisseur repère les pièces qui peuvent être réutilisées. Par exemple les rétroviseurs, etc. Les pièces « non roulantes » peuvent souvent réutilisées : capot de voiture, etc. Ce sont des pièces qui vont pouvoir s’offrir une seconde vie, et ce sont des pièces qui vont pouvoir faire faire des économies aux potentiels acheteurs. En effet, les pièces, revendues chez le démolisseur, sont des pièces d’occasion et sont donc bien moins chères que les mêmes pièces neuves.

Il existe aussi des plates-formes qui ont su rassembler le stock de différentes casses. C’est par exemple le cas d’Opisto (3) qui a été Lauréat du Prix du Développement Durable à Toulouse. Cela permet aux internautes de ne plus avoir à se déplacer jusqu’à la casse automobile en question : l’achat peut être fait sur Internet, et peut être livré chez soi.

 

Recycler son véhicule  3

(Même sur un véhicule considéré comme une « épave », il existe souvent des éléments à réutiliser : rétroviseurs par exemple. Si c’est l’avant de la voiture qui est entièrement endommagée, comme sur la photo, alors l’arrière est parfois en bon état, etc.)

Le rôle du broyeur

Une fois que le démolisseur a effectué son travail, il transmet le véhicule au broyeur agréé. Si vous laissez votre véhicule chez un broyeur agréé, alors il pourra s’occuper seul de tout le recyclage (y compris de la partie du démolRecycler son véhicule  démoisseur donc). Toutefois, puisqu’il n’existe qu’une 50aine de broyeurs en France, il est bien plus courant de passer d’abord par un démolisseur que directement par un broyeur.

Le broyeur est capable de détruire ce qu’il reste du véhicule en le broyant. Il est aussi capable de séparer différentes matières pour assurer la continuité du recyclage, et ainsi espérer atteindre les 95% de réutilisation ou de valorisation de la masse totale du véhicule (imposée par le Décret de 2011).

Votre rôle

Votre rôle est de connaitre cette législation et de bien recycler votre véhicule, participé à ce geste citoyen et écologique. Vous avez utilisé votre véhicule de nombreuses fois, et il a surement déjà beaucoup pollué : il est logique de s’en séparer le plus proprement possible.

Sources références

(1)    http://www.ademe.fr/

(2)    http://www.legifrance.gouv.fr

(3)    http://www.opisto.fr

 

« Article rédigé par Florian FAUGERES, co-fondateur d’ Opisto.fr »

 

 

Vous êtes vous déjà préoccuper du recyclage de votre véhicule ?

Allez-vous en tenir compte lors de votre changement de voiture ?

Laissez nous un commentaire en dessous de l’article

 

Nous aimerions beaucoup avoir votre avis !

Une réflexion au sujet de « Recycler son véhicule : comment et pourquoi ? »

  1. John Alright

    Merci pour cet article très complet. Je me demande si, comme aux USA on peut recupérer un peu d’argent. En général on reçoit au minimum 300E aux USA et la société vient chercher le véhicule.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *