Recycler son véhicule : comment et pourquoi ?

 

Recycler son véhicule 1

Recycler son véhicule

Quand on souhaite associer écologie et voiture, on pense surtout aux économies du à la conduite, à la pollution générée par le véhicule lorsqu’il roule, etc. En réalité on se focalise surtout sur l’utilisation du véhicule, et ce qu’il engendre pendant sa durée de vie.

Oui mais arrive un moment moins connu de la vie des véhicules : le moment où votre véhicule est inutilisable. En France, ce sont près de 1,5 millions de véhicules qui sont dans ce cas chaque année. Les raisons sont variées. Ce peut être par exemple un accident (sinistre) ayant causé de tels dégâts à votre véhicule que celui-ci est désormais considérée comme une « épave ». Mais ce peut être aussi simplement par sa vétusté : votre voiture est tellement vieille que personne ne vous la reprendra. Le moment est alors venu (plus ou moins difficile selon l’affection que l’on accorde à sa voiture), de la quitter… Et à ce moment-là, il est alors question d’écologie. En effet, votre véhicule est en fin de vie, et c’est donc un Véhicule Hors d’Usage (VHU) dangereux. C’est comme cela que votre véhicule est considéré aux yeux de la loi et aux yeux de l’ADEME (1) (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Et si votre VHU est dangereux, c’est parce qu’il présente des risques pour l’écologie et pour l’environnement. Votre voiture est en effet constituée de différents éléments qui présentent des risques particuliers : l’huile par exemple, mais aussi les systèmes de déclenchement des airbags (hautement toxiques), le liquide de frein, la batterie, certains éléments de peinture qui doivent être traités, les éléments électriques, etc.

Une batterie comporte du plomb par exemple, hautement toxique.

Que faire de son véhicule en fin de vie ?

Il faut absolument emmener son véhicule en fin de vie dans un centre agréé pour recycler son véhicule (ce qui s’appelait autrefois les « casses automobiles »). Bien souvent ce n’est pas vous qui vous en occuperez : s’il s’agit d’un sinistre alors votre véhicule est sans doute chez un garagiste qui effectuera ce dépôt à votre place. Mais il existe des cas où la démarche vous incombe et où il est de votre ressort d’effectuer le recyclage de votre voiture. Cela concerne aussi, d’ailleurs, les cyclomoteurs à trois roues !

Il existe des démolisseurs agréés, ainsi que des broyeurs agréés. Les démolisseurs agréés peuvent prendre en charge votre véhicule (qu’ils transmettent ensuite à un broyeur agréé), mais le broyeur agréé peut aussi le faire directement. La préfecture sera à même de vous fournir une liste des centres agréés proches de chez-vous. En effet, les centres sont agréés par l’Etat. Et cet agrément n’existe que depuis 2006. Il permet de régulier la profession et d’établir des statistiques au niveau national.

La reprise de votre véhicule par un professionnel agréé est alors gratuite. Sauf bien évidemment si le professionnel doit se déplacer jusqu’à votre domicile pour effectuer le remorquage de votre véhicule. Mais si vous le lui emmenez, alors c’est entièrement gratuit.

 

Recycler son véhicule 1

(Un véhicule abandonné est un problème pour l’écologie et l’environnement)


Il n’est donc pas possible de laisser son véhicule dans la nature. Et c’est pourtant une réalité : il y a 4 ans environ 30% des VHU dangereux n’étaient pas emmenés dans un centre agréé. Une partie de ces 30% était même laissé à l’abandon, dans la nature.

Quels sont les avantages d’un centre agréé ?

Il s’agit tout d’abord d’une obligation légale. Vous ne pouvez pas laisser votre véhicule dans un centre non agréé. Vous devez repartir du centre agréé avec un récépissé de prise en charge pour destruction (CERFA N° 12514*01). Vous aurez alors rempli votre devoir de citoyen : vous séparer proprement de votre véhicule. Si vous ne le faites pas, l’amende est assez salée, jusqu’à 75000€.

Sans doute vous demandez-vous quelle est l’utilité, en dehors de la conformité avec la loi, d’un tel dépôt ? Et bien l’utilité est principalement environnementale. En effet c’est d’ailleurs la raison pour laquelle c’est l’ADEME qui s’occupe de ces problématiques.

Un décret de 2011(2) a présenté différents objectifs imposés aux centres agréés.  Pour 2015, en terme de valorisation et de réutilisation, 95% de la masse totale du véhicule est l’objectif à atteindre. En clair presque la totalité de votre véhicule pourra être soit valorisé, soit réutilisé. Si vous outrepassez les centres agréés, il est clair que votre véhicule ne sera pas traité de la même manière.

Il existe aujourd’hui près de 1300 démolisseurs agréés (ce qu’on appelait autrefois les « casses automobiles ») et 50 broyeurs agréés.

Le rôle du démolisseur

Il s’agit de désosser la voiture et d’en trier chacune des pièces pour le dépolluer : traitement des liquides de frein, traitement des huiles, etc.

 

Recycler son véhicule 2

(Le rôle du démolisseur est notamment de trier chaque pièce : retrait de la batterie, etc.)

 

Recycler son véhicule  démo

En parallèle de ce tri et de ce recyclage, le démolisseur repère les pièces qui peuvent être réutilisées. Par exemple les rétroviseurs, etc. Les pièces « non roulantes » peuvent souvent réutilisées : capot de voiture, etc. Ce sont des pièces qui vont pouvoir s’offrir une seconde vie, et ce sont des pièces qui vont pouvoir faire faire des économies aux potentiels acheteurs. En effet, les pièces, revendues chez le démolisseur, sont des pièces d’occasion et sont donc bien moins chères que les mêmes pièces neuves.

Il existe aussi des plates-formes qui ont su rassembler le stock de différentes casses. C’est par exemple le cas d’Opisto (3) qui a été Lauréat du Prix du Développement Durable à Toulouse. Cela permet aux internautes de ne plus avoir à se déplacer jusqu’à la casse automobile en question : l’achat peut être fait sur Internet, et peut être livré chez soi.

 

Recycler son véhicule  3

(Même sur un véhicule considéré comme une « épave », il existe souvent des éléments à réutiliser : rétroviseurs par exemple. Si c’est l’avant de la voiture qui est entièrement endommagée, comme sur la photo, alors l’arrière est parfois en bon état, etc.)

Le rôle du broyeur

Une fois que le démolisseur a effectué son travail, il transmet le véhicule au broyeur agréé. Si vous laissez votre véhicule chez un broyeur agréé, alors il pourra s’occuper seul de tout le recyclage (y compris de la partie du démolRecycler son véhicule  démoisseur donc). Toutefois, puisqu’il n’existe qu’une 50aine de broyeurs en France, il est bien plus courant de passer d’abord par un démolisseur que directement par un broyeur.

Le broyeur est capable de détruire ce qu’il reste du véhicule en le broyant. Il est aussi capable de séparer différentes matières pour assurer la continuité du recyclage, et ainsi espérer atteindre les 95% de réutilisation ou de valorisation de la masse totale du véhicule (imposée par le Décret de 2011).

Votre rôle

Votre rôle est de connaitre cette législation et de bien recycler votre véhicule, participé à ce geste citoyen et écologique. Vous avez utilisé votre véhicule de nombreuses fois, et il a surement déjà beaucoup pollué : il est logique de s’en séparer le plus proprement possible.

Sources références

(1)    http://www.ademe.fr/

(2)    http://www.legifrance.gouv.fr

(3)    http://www.opisto.fr

 

« Article rédigé par Florian FAUGERES, co-fondateur d’ Opisto.fr »

 

 

Vous êtes vous déjà préoccuper du recyclage de votre véhicule ?

Allez-vous en tenir compte lors de votre changement de voiture ?

Laissez nous un commentaire en dessous de l’article

 

Nous aimerions beaucoup avoir votre avis !

Voiture sans chauffeur, bientôt une réalité.

voiture sans chauffeur

Les avantages de la voiture sans chauffeur :

 

Google avec sa Google car dispose déjà de voitures qui se conduisent toutes seules et vient d’obtenir l’autorisation dans quatre États des USA, et ce n’est qu’un début de la mise en service de ce type de véhicules. Équipée de différents capteurs et d’un système de géolocalisation elle s’arrête au stop, elle se gare toute seule, respecte les priorités, les limitations de vitesses et le code de la route.

La conduite automatique de véhicules permettrait de réduire énormément le nombre des accidents puisque 90% des accidents sont dus au facteur humain.

La communication entre chaque voiture limiterait la formation d’embouteillages, il y aurait également des économies sur la consommation de carburant due aux améliorations de  conduite et au respect des limitations de vitesses.

ll reste ce pendant de nombreux obstacles à la généralisation de ces véhicules.

 

  • Dans certains cas critiques ou le conducteur devrait  être amené à  faire un choix comment la technologie réagira t’elle ?
  • Il y a également le coût financier de l’automatisation des véhicules.
  • Au niveau légal, il faudrait modifier les règlementations.
  • En terme d’assurance, cela pose un problème. Actuellement c’est la responsabilité du conducteur qui est engagée. Avec ce type de véhicule, c’est la responsabilité du constructeur ou du développeur du système automatique qui pourrait être mise en cause. Les organismes d’assurance et d’assurance auto en ligne devront s’adapter à ce nouveau mode de conduite.
  • Le véhicule n’est pas adapté pour répondre aux ordres venant de l’extérieur comme dans le cas d’un contrôle par les forces de l’ordre.
  • La voiture sans chauffeur fonctionne avec un système automatique et comme tous système informatique il y à toujours un risque de piratage.

 

Une grande majorité des constructeurs étudient  ou ont déjà un prototype de véhicule sans chauffeur c’est le cas d’Audi, Renault, Mercedes ou Volvo par exemple. Un organisme français INRIA a également développé un véhicule sans chauffeur sur la base d’une Citroën C1.

Que pensez-vous de la voiture sans chauffeur ?

Seriez-vous prêt à confier votre vie à un véhicule entièrement automatique ?

 

Laissez-moi un commentaire en dessous de cet article !

 

Quand le scooter électrique détrône le thermique

 

Scooter électrique

Au fil des années, les scooters électriques deviennent de plus en plus performants et sont désormais plus intéressants à l’achat que les scooters dits thermiques.

Plus d’essence à acheter sans perdre en confort

Majoritairement équipés avec des batteries au lithium (pour les plus récents), les 2 roue électriques sont équivalents 50 ou 125cc et peuvent atteindre une vitesse de 85km/h.

Ils se rechargent sur des bornes électriques éparpillées sur tout l’hexagone et/ou sur de simples prises électriques.Parfois même, cette batterie est amovible et permet une recharge en tout confort.

En quelques heures, votre batterie est gonflée à bloc et vous pouvez repartir pour une centaine de kilomètres de plaisir. Le confort est donc maximal, sans parler de la conduite silencieuse et indorante, ni de l’entretien de son scooter qui devient casi nul.
Même si certains sont rebutés par le prix relativement élevé d’acquisition d’un scooter électrique, il faut savoir que c’est un investissement. En seulement quelques années, le prix du scooter électrique est complètement rentabilisé et ne vous coûte plus rien. C’est en outre la meilleure façon d’économiser du carburant.

Un vrai geste pour l’environnement

Le scooter électrique n’émet pas de G.E.S (Gaz à Effet de Serre) lorsqu’il fonctionne, ce qui est un vrai avantage par rapport au thermique, qui lui, pollue énormément.
A titre de comparaison, nous vous invitons à calculer votre empreinte CO2 actuelle grâce à ce comparateur de CO2. Vous pourrez alors prendre conscience de la différence flagrante d’émission entre un véhicule roulant à l’essence et un véhicule à l’électricité verte.

Une autonomie limitée mais suffisante

Aujourd’hui, on reproche aux scooters électriques de manquer d’autonomie. Les constructeurs arrivent désormais à environ 100 kilomètres d’autonomie pour les modèles les plus onéreux.
De base, un scooter est majoritairement utilisé pour des petites et moyennes distances, alors pourquoi aurait-on besoin d’une autonomie supérieure?
Imaginons que votre lieu de travail se trouve à 80kms, ce qui paraît déjà excessivement loin.
En arrivant, vous le chargez sur une des nombreuses bornes ou sur une prise électrique à proximité et en repartant, votre scooter est paré pour la même distance.
Dans les années à venir, on peut imaginer que le gouffre entre électrique et thermique se creusera encore un peu plus, au gré d’innovations technologiques, d’avancées scientifiques et d’un pays de plus en plus adapté à l’accueil de VE (véhicules électriques).

La question essence ou électrique ne se posera alors même plus.

 

Et vous que pensez-vous du scooter électrique ?

 

Laissez-nous un commentaire en dessous de cet article

salon-genève-2014

Salon de Genève 2014

 

salon-genève-2014

Du 6 au 16 Mars s’est tenue la 84e édition du Salon de l’Automobile de Genève . À l’honneur cette année, on a pu voir des modèles impressionnants de voitures électriques et hybrides fournies par BMV, Citroën et Renault. La firme NanoFlowcell s’est aussi démarquée avec son nouveau prototype Quant e-Sportlimousine doté de batteries à flux, qui promettent une autonomie entre 400 et 600 kilomètres. Du jamais vu dans l’automobile propre !

Les trois nouveautés électriques du Salon de Genève 2014

1. La nouvelle technique de commercialisation de la ZOE

Pour la première fois, les équipes Renault ont décidé de mettre sur le marché un nouvel équipement : un câble de recharge occasionnelle (CRO) appelé le « Flexi-Chargeur » qui a l’avantage de se brancher sur n’importe quelle prise domestique. Toutes les ZOE en seront équipés ! L’offre de leasing a été réétudiée et abaissée à 169€ par mois, et les rouleurs occasionnels pourront enfin louer leur batterie pour 49€ par mois. Grâce à ses démarches, Renault marque un bon point et la ZOE restera certainement la voiture hybride la plus vendue sur le marché français, avec un très bon rapport qualité/prix.

2. L’offensive allemande : Golf GTE hybride rechargeable

Après la sortie de son e-Golf (golf électrique), la firme allemande Volkswagen a présenté son nouvel hybride rechargeable : la Golf GTE. Le design de la nouvelle Golf est semblable à celui de la GTI avec les avantages d’une voiture écologique.

Ses caractéristiques :
• Puissance moteur : au total 150KW soit 204ch
• Vitesse maximale : en mode électrique seul 135km/h ; en mode hybride 217km/h
• Batterie Lithium-ion chargée en 3h sur une prise normale 220V
• Autonomie 190km
• Volume du coffre : 380 litres
Petit malus : Elle coûte très cher, comme la plus part des hybrides rechargeables. Il faudra attendre quelques années pour se la procurer.

3. Le concept Toyota FV2

Avec ce nouveau concept de voiture futuriste on est à des années-lumière du look old-school, mais néanmoins charmant, des Peugeot 207 que vous pouvez trouver d’occasion sur ce site. Le Fun Vehicule 2 a été présenté pour la première fois au public européen lors du Salon de Genève. Le FV2 c’est le nouveau concept de la voiture du future by Toyota. Le véhicule peut accueillir une personne et est dépourvue de volant : en effet, il réagit uniquement aux mouvements du conducteur ! Son pare-brise offre un affichage de la réalité en augmenté, qui vous donne l’impression d’être dans un jeu vidéo.

Petit bonus: vous pouvez adapter le FV2 à vos gouts et le customiser en changeant la couleur de sa carrosserie… à volonté !

 

Que pensez vous de ces nouvelles générations de véhicules électriques et hybrides ?

De cette nouvelle technologie de batteries qui nous promettent des  autonomies de 400 à 600km ?

 

Donnez moi votre avis en dessous 

 

 

 

Le Rallye Aïcha des Gazelles se met au vert

rallye-aicha-des-gazelles-2014-car

 

Le Rallye amateur Aïcha des Gazelles a lieu en ce moment même, du 14 au 29 mars 2014. Celui-ci existe depuis plus de vingt ans et est exclusivement réservé aux femmes, sans distinction de nationalité et de milieu social.

Il se déroule en plein cœur du Sahara pour offrir à ses gazelles du désert un flot de sensations fortes et d’adrénaline.

 

Rallye Aicha des gazelles 2014 Map

 

Le petit plus cette année ? Le rallye de cette 24ème édition se basera notamment sur un concept d’éco-conduite. Officiellement certifié ISO 14001 :2004 et en collaboration avec l’association Yann Arthus Bertrand « Goodplanet »

le premier rallye « vert » de l’histoire s’engage à réduire ses émissions de CO2, notamment grâce à un critère essentiel de la course : il ne suffit pas d’aller vite pour gagner, mais d’effectuer le moins de kilomètres possible.

 

rallye-aicha-des-gazelles-2014-LOGO

Une course respectueuse de son environnement

Cette course féminine prend en compte des règles très strictes à respecter, contrairement à de nombreux autres raids de masse, non respectueux vis-à-vis de l’environnement et des populations locales : il n’y a aucun critère de vitesse et aucune utilisation de GPS (la navigation se fait à l’ancienne avec une carte et une boussole)

Il est exclusivement réservé aux femmes, il se doit de respecter les populations locales et de préserver son environnement. Seuls 150 véhicules sont réservés à la course pour éviter un phénomène de masse, souvent destructeur de la faune et de la flore.

Ce que l’on peut en retenir en tant que conducteur

Optimiser vos trajet en voiture au maximum !

Si vous n’avez pas le budget pour vous offrir une hybride ou une voiture à faible consommation de carburant, n’oubliez pas qu’il est primordial de vérifier la pression de vos pneus et de les changer, si ceux-ci sont trop usés.

Via Tirendo.fr, vous trouverez des pneus d’été de qualité, ce qui vous permettra de partir sur la route des vacances en toute tranquillité, tout en maîtrisant votre  consommation d’essence.

Vélliez enfin à conduire avec maîtrise et sans stress pour éviter les accidents et la surconsommation de votre véhicule. Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

 

Que pensez-vous des rallyes automobiles et du sport automobile en général ?

Trouvez-vous que c’est une bonne idée d’appliquer des techniques d’éco-conduite et de réduction d’émissions polluants dans le sport auto?

 

Laissez mois un commentaire juste en dessous !